galerierivierefaiveley:

Bruno Fontana

Exposition du 5 juin au 31 juillet

Répétitions, accumulations, papier peint comme il en est tant aujourd’hui lorsque les « wallpapers » devenus à la mode semblent réitérer, en clin d’œil aux fifties et sixties, une forme de nostalgie et de décoration.

En ces temps qui voient tout d’un coup l’art cinétique, si longtemps oublié remis au goût du jour et même célébré dans les lieux les plus prestigieux et les galeries les plus courues, la proposition de Bruno Fontana prend un sens tout particulier.

Parce que, précisément, elle ne s’inscrit dans aucune des remises en avant citées ci-dessus.

Cette saturation du motif à partir de constatations pertinentes sur des éléments architecturaux nous parle d’aujourd’hui. De conditions de vie, jusqu’à l’étouffement, de conventions, jusqu’à noyer l’élément fonctionnel dans sa seule forme répétée, de surface et d’apparences derrière lesquelles vivent des gens, des familles, nos contemporains.

Bruno Fontana fait référence à l’Ecole de Düsseldorf, aux Becher et à leurs élèves, à ceux qui ont le plus fortement marqué au cours du dernier demi-siècle les propositions visuelles et conceptuelles sur le bâti, les espaces, l’urbanisme. C’est dans la prise de vue initiale avec le principe de frontalité ou les questions qui l’accompagnent et dans le format, dont la nécessité –ici justifiée- de l’agrandissement de l’image que Bruno Fontana peut se rapprocher de ses glorieux aînés d’outre-Rhin : « L’œil curieux sera contraint à une circulation sur cet espace dense, décelant ainsi de nombreux évènements comme un linge pendu, un parasol installé au balcon, une fenêtre ouverte… , ce foisonnement de détails sera perçu comme de petites « anomalies » à l’échelle du papier peint venant défier l’écrasante logique graphique ».

Ecrasante, effectivement, mais comme une proposition de trame de lecture dont la radicalité peut prendre le risque de masquer son objet pour nous obliger à la lecture. Sous peine de devenir aveugles, ce que nous risquons à chaque instant, nous devons aller au bout de ce tissage d’images, de ce filet de signes qui semble dissimuler un réel que nous ne lisons plus. Ce révélateur qui assume et sa complexité et ses paradoxes a l’immense avantage de nous obliger à voir, ou à admettre notre indifférence.

Christian Caujolle, Fondateur et ancien directeur de l’agence VU

Biographie

Passionné de photographie et d’architecture dès son plus jeune age, c’est en autodidacte que Bruno Fontana a façonné son regard, qu’il s’est nourri du monde qui l’entourait avec le recul nécessaire pour fonder ses préoccupations artistiques.La série ‘URBAN WALL PAPERS’ lui a valu le titre de lauréat SFR Jeunes talents et à été exposée aux rencontres d’Arles 2013 ainsi qu’à Lille dans le cadre de Lille3000 à l’occasion des 25ans de la galerie Perrotin.

11.24.13 /22:31/ 12269
07.06.13 /00:36/ 212

acceptandproceed:

Container is a new publication about the nature and culture of objects and their changing value in a virtual world. We were invited to contribute to issue #1 and were asked to respond to the theme of Hot or Cold. Find out more information about the project here

06.27.13 /08:18/ 301

Really nice work from rikako-nagashima.com


q’dxx
06.09.13 /00:10/ 7633
type-lover:

Haiku - Eli Kleppe
06.06.13 /15:46/ 77
The Story of  ANRT “Atelier National de Recherche Typographique” by Sara kremer
http://www.anrt-nancy.fr/en/home-2/
06.03.13 /14:58/ 1
Canvas  by  andbamnan